La chanson immigrée en France

 

Dalida. DR.

Si les influences même de la musique sont universelles, nombreuses sont les figures de notre Panthéon national de la chanson populaire à être d’origine étrangère. Aujourd’hui, les artistes de la « nouvelle scène française » comme Olivia Ruiz ou Mouss et Hakim, n’hésitent plus à revendiquer leur héritage culturel immigré : qu’en est il réellement au sein de notre patrimoine musical ? Si, comme le défend Yves Borowice, la chanson française est par essence un « art de métèques »[1], la présence d’artistes d’origine étrangère y est protéïforme tant au niveau linguistique, historique que médiatique. Nous distinguerons plusieurs catégories : d’une part, les artistes qui reflètent le fait migratoire mais dont l’identité artistique est dissolue dans l’appellation « chanson française » et d’autre part, ceux qui produisent un répertoire de l’exil, créé en France mais ayant un message propre à la diaspora de leur pays d’origine, le plus souvent interprété dans les langues vernaculaires.

Lire la suite

Mohamed Mazouni, le dandy du yéyé algérien

0

Né le 4 janvier 1940 à Blida, Mohamed débute sa carrière à la télévision au cours des années soixante et connaît rapidement le succès auprès des plus jeunes en incarnant autant dans son apparence que dans ses textes, le yéyé algérien.

Très loin de la chanson chaabi de ses collègues de l’immigration, il chante autant en Français qu’en Arabe. Les nombreux Algériens qui épousent en exil des Françaises lui inspirent Mon amour il est gentil.

Lire la suite