Novembre 2012: Cycle Algérie au cinéma La pléiade de Cachan

Le 5 novembre 2012

Les mardis des réalisateurs, en partenariat avec Pangée Network et Autour du 1er Mai

« Cycle Algérie »

A l’occasion de la commémoration du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, notre cycle de Novembre sera consacré à l’histoire et à la mémoire des relations franco-algériennes depuis 50 ans à travers le cinéma. Ce cycle mettra en lumière l’histoire et le parcours d’hommes et de femmes des deux rives de la Méditerranée ayant pour point commun l’Algérie. Nous évoquerons ainsi les mémoires plurielles de l’épisode douloureux de la guerre avant de porter notre regard sur l’Algérie d’aujourd’hui.

Mardi 6 novembre à 20h45

BLED NUMBER ONE

De Rabah Ameur-Zaïmèche

Dans Bled number one, deuxième volet d’une trilogie avec Wesh wesh, qu’est-ce qui se passe ? (2001) et Dernier maquis (2008), Rabah Ameur-Zaïmeche fait ressurgir Kamel, expulsé de France après sa sortie de prison vers son pays d’origine, l’Algérie. Cet exil forcé le contraint à observer avec lucidité un pays en pleine effervescence, tiraillé entre désir de modernité et traditions ancestrales. Violence intégriste, solidarité communautaire, loi traditionnelle impitoyable envers les femmes, rapports entre les enfants du pays émigrés et ceux restés au pays, composent cette chronique d’un petit bourg de l’Algérie contemporaine où se mêlent souffrance et beauté.

Mardi 13 novembre à 20h45

L’ENNEMI INTIME

De Florent Emilio Siri

Algérie, 1959.

Les opérations militaires s’intensifient. Dans les hautes montagnes Kabyles, Terrien, un lieutenant idéaliste, prend le commandement d’une section de l’armée française. Il y rencontre le sergent Dougnac, un militaire désabusé. Leurs différences et la dure réalité du terrain vont vite mettre à l’épreuve les deux hommes. Perdus dans une guerre qui ne dit pas son nom, ils vont découvrir qu’ils n’ont comme pire ennemi qu’eux-mêmes.

Mardi 20 novembre à 20h45

17 RUE BLEUE

De Chad Chenouga

Le Premier long métrage de Chad Chenouga  évoque un départ dans la vie (l’adolescence) déchiré par l’histoire algérienne. Le cinéaste revisite à l’âge adulte, le drame de son destin d’enfant face à la folie puis l’autodestruction progressive d’Adda, sa mère, Algérienne qui a fui son pays pour la France avec ses deux enfants, juste après l’indépendance. Séduite puis abandonnée à son dénuement par la mort de son amant et protecteur français. Adda passe d’une aliénation à une autre en changeant de pays, avec tout le courage qu’il aura fallu pour le faire

Mardi 27 novembre à 20h30

NORMAL

De Merzak Allouache

Projection suivie d’un débat avec l’historienne Naïma Yahi

Après les émeutes de décembre 2010 et les premières marches pacifiques, alors que le printemps arabe commence en Tunisie et en Egypte, Fouzi, jeune cinéaste, veut réunir ses comédiens pour leur montrer le montage inachevé du film qu’ils ont tourné ensemble deux ans auparavant. Pendant la projection du film, le débat s’installe : quelle est la création en Algérie aujourd’hui ? Comment créer sans se confronter à la censure ? Comment résister ? En réalisant des films ou en marchant vers une nouvelle révolution ? Deux récits s’entrecroisent, fiction et réalité.

La séance du 27 novembre 2012 sera suivie d’un débat avec l’historienne Naïma Yahi portant sur les représentations de la Guerre d’Algérie au cinéma.  Naïma Yahi est historienne et déléguée générale de l’association Pangée Network. Elle est spécialiste de l’histoire de l’immigration maghrébine en France. Elle fut notamment la commissaire de l’exposition « Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France », présentée à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration en 2010,  et vient de coordonner l’ouvrage « El Djazaïr ! du colonialisme à aujourd’hui : le cinéma témoigne », catalogue du festival de cinéma « Décade Cinéma et Société » porté par les associations « Autour du 1er mai » et « Peuple et Culture en Corrèze ».

Au mois de novembre le cinéma La Pleiade accueille :

Ciné Regards Africains

Samedi 17 novembre

18h00 : BAYIRI (La patrie) de S.Pierre Yaméogo – Burkina Faso 2011

20h30 : YEELEN de Souleymane Cissé – Mali – 1987

Séances suivies d’un débat animé par Dragoss Ouedraogo, critique de cinéma, réalisateur et universitaire

Restauration rapide possible entre les deux projections à l’accueil du cinéma

 

Dimanche 18 novembre

16h00 : ON NE MOURRA PAS d’Amal Kateb – Algérie – 2010

16h30 : MASCARADES de Lyès Salem – Algérie – 2008

Séances suivies d’un débat animé par Dragoss Ouedraogo,

Séance offerte par la ville de Cachan dans le cadre de la semaine de la Solidarité. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Samedi 1er décembre – Séance de clôture :

18h : DIRTY LAUNDRY de Stephen Abott – Afrique du Sud – 2010

18h30 : UN PAS EN AVANT, LES DESSOUS DE LA CORRUPTION de Sylvestre Amoussou – Bénin – 2010  – Débat en présence du réalisateur (sous réserve)

Programme complet du festival sur le site :http://www.asurb.com

 

Lieu:

CINEMA LA PLEIADE

12 avenue Cousin de Méricourt – CACHAN

Répondeur : 01 46 65 13 58 – site : www.cinema-lapleiade.fr

 

Laisser un commentaire