Barbès Café : La comédie musicale

Le 3 septembre 2012

BARBES CAFE en tournée

Sauvage Productions et Villes des Musiques du Monde présentent BARBES CAFE, un spectacle musical sur une idée originale de Méziane Azaïche – écriture en collaboration avec Naïma Yahi, Pangée Network. 

« Algérie, mon beau pays, je t’aimerai jusqu’a la mort », fredonnait le compositeur Slimane Azem, dans l’un de ces bars de Barbes ou les immigrés algériens se réunissaient pour chanter la nostalgie du pays et les difficultés de l’exil dans le Pans des années 1960.  Une ambiance simple, fraternelle et musicale que le spectacle « Barbes Café » propose de retrouver au Cabaret Sauvage (XIXe) Lucette, la patronne, s’acoquine avec Mouloud, un ouvrier Quand lui et ses amis sortent de l’usine, ils vont boire quelques verres et chanter chez elle Entrecoupes de courtes transitions, les morceaux se succèdent alors a un rythme entrainant, entre hip-hop, slam et musique orientale (avec même une reprise d’Edith Piaf) Musiciens et danseuse reconstituent l’ambiance d’un cabaret d’immigrés, avec une touche de modernité; Chaque soir, un invite différent (Rachid Taha, Mouss et Hakim ) fait danser le public. » Louis Fravot – Le parisien)

Teaser vidéo réalisé par Mondomix

« L’exil fut leur royaume, l’usine, entre les ordres aboyés par les contremaîtres et le choc des carrosseries, leur gagne-pain, et les bars leur salon de musique. Entre 1930 et 1960, la plupart des chanteurs maghrébins étaient des amateurs travaillant le jour, dans des conditions souvent pénibles, et jouant le soir dans des cafés. De leurs doubles vies ont jailli des chants qui traduisaient les différents « âges » de l’immigration et constituent aujourd’hui une sorte de mémoire collective. De fait, ces artistes, au statut particulier, ont bercé la solitude des migrants, transmis le patrimoine de la communauté et participé à la construction de nouvelles symboliques. Au fil du temps, le répertoire et ses chantres se sont adaptés à d’autres configurations et ont évolué parallèlement au devenir et à l’histoire de l’immigration sur plus d’un demi-siècle. Ils avaient pour nom Cheikh El Hasnaoui, Slimane Azem, Mohamed Mazouni, H’nifa, Aït Farida, Ourida, Bahia Farah, Hocine Slaoui, Dahmane El Harrachi, Akli Yahiaten, Kamel Hamadi, Mohamed Jamoussi, Missoum, Salah Saâdaoui ou Oukil Amar, et ils vivaient principalement en France, où se sont dessinés les premiers contours de la chanson maghrébine.»
Rabah Mezouane

Les artistes :
Direction musicale : Nasredine Dalil
Samira Brahmia : chant et guitare
Sarah Guem : danse
Annie Papin : Comédie et chant
Salah Gaoua : chant et percussions
Malik kerrouche : guitariste
Mamoun Dehane : batterie
Amar Chaoui : percussions
Hichem Takaoute : Bass + chant
Hafid Djemaï : chant guitare
Rafik Korteby : clavier

L’équipe Artistique :
Conception & direction artistique : Meziane Azaïche
Mise en scène : Géraldine Benichou
Parolier : Kamal Hamadi
Coordinateur : Mohammed-ali Allalou
Création vidéo : Aziz Smati
Scénographie : Camille Ansquer
Expertise historique et Co-Auteur : Naïma Yahi
Action culturelle : Mélissa Azaïche
Sound designer : Yann LEMETRE
Costumes : Annick Lebédyk
Le souk : Touria Bourouissa

En tournée en 2012.
Contact tournée : blueline – contact[a]blueline.fr – 05 65 27 15 15

 

Laisser un commentaire